Présentation ouvrage polémique Vendons les Parisiens

Vendons les Parisiens !

Vendons les Parisiens !

Présentation de l’ouvrage

Les Parisiens de cet ouvrage ne sont pas les habitants de Paris. Ce sont les hommes et les femmes qui, à Paris comme « en province », exercent les pouvoirs exécutifs, administratifs, législatifs, judiciaires et qui contrôlent les partis politiques, les syndicats et la presse. Élus et non élus, ils sont « Paris », lieu du pouvoir étatique, comme on parle de « Washington » ou de « Moscou » pour désigner les États-Unis ou la Russie.

Cet essai est le fruit d’une enquête qui veut comprendre par quelle construction intellectuelle, par quel arrangement avec leur âme les hauts fonctionnaires des Ponts et Chaussées et de l’Etat français ont conçu et déroulent le projet inutile, nuisible et illégal de construction d’une ligne ferroviaire à grande vitesse (LGV) entre Bordeaux et l’Espagne. Qu’est ce que ceci nous révèle sur les personnes qui nous dirigent et sur notre régime politique ?

vendons-les-parisiens-Presentation-de-l-ouvrage-illustr02

– Personne de sortira de cette pièce avant que nous ayons pu répondre à ces deux questions a) Qui a organisé cette réunion ? b) Dans quel but ?

En préambule de l’essai, le chapitre 1 explique qui sont les Parisiens dont nous allons parler, ce qu’ils ont en commun et qui les unit et comment ils sont arrivés où ils sont. Le chapitre 2 présente le projet GPSO de construction de la LGV Bordeaux-Espagne qui servira de fil rouge à l’enquête et d’illustration à la thèse proposée.

La première partie présente les quatre raisons pour lesquelles, par construction, nos dirigeants Parisiens sont ineptes et inaptes à nous gouverner. Elles sont illustrées par une analyse détaillée du dossier de la LGV Bordeaux-Espagne et du comportement des Parisiens qui s’en occupent. Ces chapitres se lisent assez vite et sont amusants, sauf peut-être pour ceux qui sont visés. La brève conclusion de la première partie, le chapitre 7, constate que, décidément, les principes de base d’une bonne gouvernance du pays ne sont pas respectés.

La deuxième partie constitue le coeur de l’essai : elle met en lumière la construction intellectuelle, politique et idéologique du régime en place et le nomme. Partant de l’observation et de l’écoute de nos dirigeants, analysant la constitution, le chapitre 8 explique pourquoi nos dirigeants se sentent justifiés à ne pas écouter les Français. Au chapitre 9, l’ouvrage met en lumière deux épisodes critiques de l’histoire de France qui, à l’instar d’un secret de famille, affectent la vision que les Français ont d’eux mêmes et du monde et les empêchent d’accepter la réalité et donc de s’y adapter. C’est un chapitre original et bien documenté que le lecteur découvrira avec intérêt.

vendons-les-parisiens-Presentation-de-l-ouvrage

– Papa, j’envisage une carrière dans le crime organisé
– Dans le public ou dans le privé ?

Le chapitre 10 enfin est la thèse de l’essai. Il présente la grille de lecture du régime politique français en ce premier quart du XXIe siècle. Suit la conclusion de l’analyse, le chapitre 11 qui fait appel à un des ouvrages de philosophie politique majeurs du XXe siècle qui explique, avec prémonition, le régime des Parisiens aujourd’hui en France.

La troisième partie est originale et dérangeante : elle propose de sortir du cadre dont on voudrait nous faire croire qu’il est indépassable. Le chapitre 12 présente cinq lignes directrices pour sortir de l’ornière dans laquelle les Parisiens nous ont mis. Le ton est parfois à la boutade, les recommandations y sont peut-être choquantes, voire taboues. Mais elles n’en sont pas moins logiques, réalistes et ne nous y trompons pas, inéluctables.

Résolument, librement, joyeusement, vendons les Parisiens !

Retour au Blog

Didier Picot

Originaire du Pays Basque, Didier Picot est « monté à Paris » pour y faire ses études. Exilé volontaire, voyageur et intellectuel curieux, il a vécu et exercé son métier de négociateur international sous diverses latitudes, notamment en Europe, en Amérique et en Asie du Sud-Est. En 2005, il est revenu vivre au Pays Basque. Il est élu local.

No Comments

Post A Comment